Vous ne pouvez pas commander depuis votre pays ! Undefined

Cigarette électronique et santé

La cigarette électronique provoque une dépendance.

Si vous ne fumez pas, ne commencez pas à vapoter !

 

Un fumeur sur 3 considère que la cigarette électronique est moins dangereuse que le tabac. Tout comme une personne sur 10 pense que l'avion est moins dangereux que la voiture.... Pourtant, la voiture est 20 fois plus dangereuse que l'avion, c'est prouvé par les chiffres. Il semblerait que ce soit pareil pour la cigarette électronique par rapport au tabac. L'argument "on manque de recul" est certes indiscutable, mais depuis 10 ans que la cigarette électronique existe, on en est à ZERO MORT et ZERO MALADE. Le tabac fait mieux, bien mieux ! Tout comme ceux qui ne prennent pas l'avion, les détracteurs de la cigarette électronique ont une idée solidement ancrée en tête : ils connaissent le danger !

Deux études sérieuses et indépendantes ont été réalisées sur la cigarette électronique :

Etude McNeill-Hajek (août 2015)

Selon l'étude McNeill-Hajek, réalisée par  des organismes dépendants des autorités sanitaires de Grande-Bretagne et publiée en août 2015, la cigarette électronique est 95% moins dangereuse que la cigarette classique (soit 20 fois moins). L'étude complète est disponible en anglais sur ce site.

Il est important de noter que la conclusion du rapport McNeill-Hajek précise que le 5% restant s'explique par une incertitude sur l'effet encore inconnu de certains arômes sur l'organisme, il s'agit donc d'une réserve prise par principe de précaution. Nous citons dans la langue de Shakespeare :

Some flavourings and constituents in e-cigarettes may pose risks over the long term. We consider the 5% residual risk to be a cautious estimate allowing for this uncertainty.

Ce n'est apparemment ni le propylène-glycol, ni la glycérine végétale, ni la nicotine qui pourraient être dangereux, mais bien certains arômes, notamment le dyacétyle et l'ambrox, déjà absents des liquides commercialisés en France.

Rapport Dautzenberg (mai 2013)

Un rapport au sujet de la cigarette électronique a été commandé par le ministère de la Santé. Réalisé par l'Office Français de prévention du Tabagisme (OFT), sous la direction du Professeur Bernard Dautzenberg, du service de Pneumologie de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière et président de l'OFT, il a été rendu public en mai 2013. Ce rapport est accessible au format Adobe PDF, en cliquant sur le lien Rapport et avis d'expert sur la e-cigarette - mai 2013.

Une synthèse en 5 pages se trouve à la page 198, les textes suivants en sont extraits :

- Les e-liquides contiennent et libèrent d’autres produits potentiellement irritants et/ou classés comme toxiques, mais en quantité le plus souvent moindre que la fumée du tabac.

- Contrairement à la cigarette, l’e-cigarette ne libère ni monoxyde de carbone (CO), ni particules solides, ni quantité significative de cancérogènes.

- Selon les données scientifiques disponibles en mai 2013, les effets irritants et/ou toxiques des composants de l’e-cigarette sont bien moindres que ceux liés à la fumée du tabac.

- Chez le fumeur dépendant au tabac, le remplacement du tabac par l’e-cigarette devrait en théorie contribuer à une réduction des risques et des dommages.

- Les experts recommandent que les e-cigarettes ne soient pas utilisées par les femmes enceintes ou allaitantes du fait de l’absence de toute donnée démontrant leur efficacité et leur totale innocuité dans ces conditions.

- En l’absence d’études scientifiques précises sur une utilisation supérieure à 6 mois de l’e-cigarette, les experts recommandent la vigilance en ce qui concerne son utilisation prolongée, ceci aussi longtemps que des données à long terme ne seront pas disponibles.

Couverture du rapport Dautzenberg

 

 

Vous pouvez compléter votre information avec les articles liquides nicotinés et la nicotine.

Copyright © Vapo-DEPOT 2015 - Reproduction interdite - Tous droits réservés